La ouate de cellulose, issue du recyclage

La ouate de cellulose est issue du recyclage du papier (journaux, déchets d’imprimerie), lequel est broyé, défibré, malaxé, puis traité afin de résister aux agressions du feu, des insectes et des rongeurs.

Depuis juin 2013, la composition de la , 90% de cellulose-10% de sels, ne contient plus aucun sel d’ammonium, mais du sel de bore et des silicates. Écologique et performant, cet isolant présente l’une des meilleures inerties. Par ailleurs, les panneaux de fibre de cellulose peuvent être complétés avec des fibres de polyester.

Le budget à prévoir est environ de 20 €/m² pour 100 mm d’épaisseur.

Thermique et phonique

Elle assure une très bonne isolation thermique, avec un coefficient de conductivité compris entre 0,038 et 0,043 W/m.K, selon son conditionnement. Sa densité confère à l’isolation une forte inertie (jusqu’à 14 heures de déphasage). C’est aussi un bon régulateur hygrométrique, puisqu’elle peut absorber jusqu’à 15 % de son poids en humidité.

Sur le plan phonique, cet isolant est également des plus efficaces : l’affaiblissement acoustique va jusqu’à 39 dB pour les panneaux et 41 dB pour le vrac. La ouate de cellulose dissipe les ondes sonores et agit contre les bruits aériens extérieurs et intérieurs.

Longévité

La cellulose insufflée peut être sensible au tassement si sa densité n’est pas assez élevée. En revanche, conditionnée en panneaux de 70 kg/m3, elle ne se tasse pas.

Conditions de pose

Proposée en panneaux ou en vrac. C’est un matériau qui dégage beaucoup de poussière, de bore ou de résidus d’encre. Il est donc nécessaire de s’équiper d’un masque de type P2, de gants et de lunettes de protection lors de la pose, et de veiller à une bonne aération des lieux.
D’autre part, cet isolant naturel convient : aux combles perdus, où elle peut être appliquée en épandage ou par soufflage, pour murs de maisons à ossature en bois ; dans les cloisons intérieures. Les planchers, vides de construction et les faux plafonds également.

Elle peut être répandue dans les moindres recoins, grâce à sa grande souplesse et à sa légèreté. Elle évite ainsi les ponts thermiques.

Énergie grise

Le bilan en énergie grise de la ouate de cellulose varie selon son conditionnement : 50 kWh/m3 lorsqu’elle est soufflée, 98 kWh/m3 lorsqu’elle est injectée et jusqu’à 158 kWh/m3 en panneaux, qui nécessitent un processus de fabrication plus long. Une partie de la cellulose employée provient de la filière de recyclage : l’utilisation de cet isolant contribue donc à un usage raisonné des ressources naturelles. Attention cependant, les adjuvants utilisés pour traiter la ouate de cellulose peuvent être naturels ou non.

1 réflexion sur “La ouate de cellulose, issue du recyclage”

  1. Ping : Vers la Transition Énergétique et l’habitat - reduction-thermique-2020.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer